Consultation alimentation pour une bonne santé sur rendez-vous
TESTS ANTIGENIQUES UNIQUEMENT SUR RDV

Le pollen : la première cause d’allergies au printemps

Pour la plupart d’entre nous, le printemps est synonyme de beau temps, d’arbres en fleurs et de couleurs chatoyantes. Malheureusement, pour beaucoup, le retour de la belle saison rime également avec “allergies” et le pollen en serait la première cause. 

On vous dit tout sur l’allergie au pollen ! 

 

Qu’est-ce que le pollen ? 

Le pollen est une substance poudreuse très fine qui est généralement de couleur jaune. Il est produit dans une structure à l'extrémité de l'étamine (la partie reproductrice mâle de la fleur) connue sous le nom d'anthère et son but est de féconder d'autres plantes de la même espèce. Pour que ce processus ait lieu, les grains de pollen doivent être transférés de l'anthère à la partie reproductrice femelle d'une autre plante. 

La propagation du pollen a généralement lieu au printemps, en été et en automne, bien qu’au printemps, les pics de pollen soient plus importants. 

 

Quels sont les symptômes d’une allergie au pollen ? 

Les allergies au pollen se produisent lorsque des protéines hydrosolubles libérées par le pollen pénètrent à l’intérieur des muqueuses des yeux, du nez et de la bouche. 

Chez les personnes sensibles aux allergies, le système immunitaire confond le pollen avec des germes envahisseurs, ce qui provoque une réaction de l’organisme. Ainsi, ce dernier déclenche un processus complexe par lequel l'histamine est libérée, ce qui entraîne des démangeaisons et des éternuements afin d’éliminer le pollen.

Les symptômes d'une allergie au pollen varient d'une personne à l'autre. Les éternuements, le nez qui coule et les yeux qui larmoient sont les symptômes les plus communément rencontrés. 

 

Comment traiter ou limiter les symptômes d’une allergie au pollen ? 

  • Vérifier la Carte du Risque d’Allergie aux Pollens. Le Réseau de Surveillance Aérobiologique met à jour régulièrement sa Carte du Risque d’Allergie aux Pollens. Celle-ci permet d’éviter les sorties et les grandes balades lors des pics de propagation des pollens dans l’air.
  • Planifier les sorties en fonction de la météo. Les journées sèches, venteuses et chaudes peuvent entraîner le transport du pollen sur de longues distances. En revanche, la pluie qui humidifie le sol limite la propagation du pollen. Les journées sans vent sont également plus agréables pour les personnes allergiques puisque le pollen ne se propage que difficilement. 
  • Éviter les sorties à certaines heures. La propagation du pollen est à son maximum au milieu de la journée. Cela dit, en fin d’après-midi et en début de soirée, celle-ci a tendance à diminuer. Il est donc préférable de faire ses courses ou son sport à l’extérieur  à partir de 16h ou 17h afin d’éviter les symptômes gênants d’une allergie au pollen. 
  • Traiter l’allergie par des médicaments spécifiques. Lorsque l’allergie au pollen devient un fardeau au quotidien, un allergologue ou un dermatologue peut prescrire des antihistaminiques. En réduisant les effets de l’histamine, ces médicaments permettent de lutter efficacement contre les symptômes gênants d’une allergie pollinique. 

 

Sources : 

Yasmine Benkalfate

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de notre newsletter !

Besoin d'un conseil ?